lundi 16 octobre 2017

La Torah a-t-elle été transmise par Moïse dans le Coran  ?

On sait que pour le judaïsme et le christianisme Moïse a écrit la Torah.
Cette certitude ne fut remise en question qu'assez récemment suite aux différentes incohérences que comportent les 5 Livres de la Torah autant internes qu'externes. La critique interne par exemple réside dans la difficulté d'expliquer comment Moïse a pu écrire "Et Moïse mourut". La critique externe fait remonter la rédaction de la Torah de l'an 700 à l'an 300 avant JC. Donc bien après l'apparition de Moïse.



Que dit le Coran ?



Le mot Torah a 18 occurrences dans le Coran, et comme indiqué à la sourate 3 verset 3, c'est Dieu qui l'a fit descendre.
Toutefois comme l'ont remarqué quelques lecteurs pointilleux et perspicaces (merci Fays Badre), Moïse n'est jamais associé directement à la Torah. En effet, le Coran associe le Livre (الكتاب ), les Tables (الالواح), et les feuillets  (الصحف ) à Moïse mais jamais de lien direct avec la Torah.
Pourquoi ?

On pourrait se dire que le Livre (الكتاب) se réfère à la Torah comme beaucoup peuvent le penser, et, effectivement en regardant certaines explications exégètiques et académiques on remarque que certains d'entre eux font l'amalgame entre le "Livre" de Moïse et la Torah cités tous les deux dans le Coran. Nous en avons un exemple avec "Le Coran, nouvelles approches" où Michel Cuypers fait l'amalgame dans un article.
Le problème est qu'aucun argument n'est avancé de leurs parts alors qu'à contrario le "Livre" dans le Coran est mentionné à peu près avec tous les prophètes.
Pour ceux qui ne sont pas convaincu par cette allégation qui reste sans fondement, il n'y a pas d'autre choix que de creuser, et pour ce faire, quoi de mieux que de demander aux spécialistes eux mêmes ?
Deux islamologues, et pas des moindres, Michel Cuypers et Geneviève Gobillot sont contactés ainsi qu'Anas Ahmed Lala (un cheikh qui entre autres administre et publie sur le site maison-islam.com). Geneviève Gobillot et Anas Ahmed Lala ont répondu aux questions, seul Michel Cuypers n'a pas répondu à ce jour et ce malgré qu'il y a déjà eu des échanges respectives auparavant.


Qu'en ressort-il de ces échanges ?

Le "Livre" de Moïse cité dans le Coran est un Livre auprès de Dieu que seuls les prophètes ont eu accès et est descendu par degrés aux hommes au fil du temps. La Torah, l'Evangile révélé à Jésus et le Coran font partie de ce Livre céleste. Moïse a reçu pour les Banû Israïl les Tables (que lon retrouve dans la Torah actuelle) et les feuillets (Textes apocryphes pour les juifs et chrétiens). C'est tout ce que nous révèle le Coran. En effet le "Livre" qui est associé à de nombreux prophètes est cité de très nombreuses fois dans le Coran. Et là tout devient plus clair,  comme par exemple les deux versets ci-dessous :


 بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ الٓر ۚ تِلْكَ ءَايَٰتُ ٱلْكِتَٰبِ وَقُرْءَانٍ مُّبِينٍ

15-Al-Hijr : 1
Traduction :
1. Alif, Lām, Rā. Voici les versets du Livre et d’un Coran qui éclaire (explicite).


 بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ طسٓ ۚ تِلْكَ ءَايَٰتُ ٱلْقُرْءَانِ وَكِتَابٍ مُّبِينٍ

27-An-Naml : 1
Traduction :
1. Ṭ’ā, Sīn. Voici les versets du Coran et un Livre explicite

Certains exégètes nous ont expliqué ici que le "Livre" est le Coran, ce qui est étrange vu que le Coran est associé au Livre dans ces deux versets.


Toutefois, il convient d'apporter quelques nuances étant donné que l'arabe est une langue polysémique. Bien que le mot Livre (الكتاب) dans le Coran est abstrait, il ne désigne pas forcément le Livre originel où l'Archétype (أم الكتاب)  (13;49 et 43; 4). Prenons exemple avec la sourate 46 verset 12 ci-dessous où il y est fait le parallèle entre le "Livre de Moïse" et le "Livre confirmateur, en langue arabe" (Coran). Il est évident dans ce passage que les deux Livres cités visent uniquement ce qui a été transmis de Moïse aux Hébreux d'une part et le Coran transmis du prophète Muhammad aux Musulmans d'autre part. De plus, le Livre en arabe (Coran) ne peut être matérialisé en support puisque du vivant du Prophète la révélation n'était pas encore terminée.
Par ailleurs, on peut voir dans les deux versets ci-dessous un bel exemple de la justesse de précision du Coran ; Moïse a reçu le "Livre" (pas de mention de la Torah) alors qu'à l'autre verset la Torah est mentionnée sans Moïse mais avec des prophètes.


 وَمِن قَبْلِهِۦ كِتَٰبُ مُوسَىٰٓ إِمَامًا وَرَحْمَةً ۚ وَهَٰذَا كِتَٰبٌ مُّصَدِّقٌ لِّسَانًا عَرَبِيًّا لِّيُنذِرَ ٱلَّذِينَ ظَلَمُوا۟ وَبُشْرَىٰ لِلْمُحْسِنِينَ

46-Al-Ahqaf : 12

Traduction :
"Et avant lui, il y avait le Livre de Moïse, comme guide et comme miséricorde. Et ceci est [un Livre] confirmateur, en langue arabe, pour avertir ceux qui font du tort et pour faire la bonne annonce aux bienfaisants"

 إِنَّآ أَنزَلْنَا ٱلتَّوْرَىٰةَ فِيهَا هُدًى وَنُورٌ ۚ يَحْكُمُ بِهَا ٱلنَّبِيُّونَ ٱلَّذِينَ أَسْلَمُوا۟ لِلَّذِينَ هَادُوا۟ وَٱلرَّبَّٰنِيُّونَ وَٱلْأَحْبَارُ بِمَا ٱسْتُحْفِظُوا۟ مِن كِتَٰبِ ٱللَّهِ وَكَانُوا۟ عَلَيْهِ شُهَدَآءَ ۚ فَلَا تَخْشَوُا۟ ٱلنَّاسَ وَٱخْشَوْنِ وَلَا تَشْتَرُوا۟ بِـَٔايَٰتِى ثَمَنًا قَلِيلًا ۚ وَمَن لَّمْ يَحْكُم بِمَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ فَأُو۟لَٰٓئِكَ هُمُ ٱلْكَٰفِرُونَ

5-Al-Ma'ida : 44

Traduction :
"Nous avons fait descendre la Torah dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d’Allah, et ils en sont les témoins. Ne craignez donc pas les gens, mais craignez Moi. Et ne vendez pas Mes enseignements à vil prix. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants."





Les réponses de Geneviève Gobillot :

"Bonjour Monsieur



Vous avez raison pour ce qui concerne Moïse et la Torah. Voici ce que j'ai trouvé personnellement à ce sujet :

Contrairement à ce qu’en dit la tradition rabbinique, Moïse n’est pas présenté comme le rédacteur de la Torah par le Coran, qui spécifie qu’en plus de « l’expression légiférante du Seigneur » (kalâm= la Loi), qui s’y trouve consignée, Dieu lui a donné, comme à Joseph, « une autorité (hukman) et d’une science (‘ilman) » (C 28, 14). Enfin, il a reçu le Livre divin (al-kitâb, équivalent ici d’une Torah orale dont la Torah écrite n’est qu’une transcription partielle et imparfaite, qui fait l'objet de certaines rectifications par le Coran), qui a été, pour les hommes, porteur de visions clairvoyantes (basâ’ir) ainsi que de bonne direction (hudan) et de Miséricorde (rahma) (C 28, 43). Enfin, il a été doté de la Sagesse, dans la mesure où tous ceux qui ont reçu le Livre ont reçu la Sagesse, puisque les versets du Livre sont eux-mêmes pleins de sagesse (C 31, 2).

L'idée est que Moïse a reçu le Livre au sens de l'intégralité des sens du Livre complet de Dieu. Or, ce Livre contient tous les textes révélés, dont la Torah divine, mais les circonstances, qui correspondent en réalité au plan de Dieu, ont fait que seule la Torah écrite en a été transmise. Il en ressort que Moïse avait reçu, en son temps, la même révélation (du point de vue du sens profond) que Jésus et que le Messager coranique, mais les hommes n'étaient pas prêts à la recevoir en totalité.
...
Pour la question des suhuf (ceux attribués à Abraham et ceux attribués à Moïse), selon le Coran, ces apocryphes font aussi partie du grand Livre de Dieu qui contient toutes les significations sacrées, mais leur forme écrite historique a été sujette à des imperfections, ce qui explique que le Coran en propose aussi de nombreuses rectifications. Donc les suhuf de Moîse ne sont pas la Torah, mais un autre ensemble de significations révélées dont le sens est en accord avec la Torah authentique divine. Ils complètent certains de ses enseignements."


Question :
Peut-on dire qu'associer Moïse à la Torah (le nom) est anachronique selon le point de vu coranique ?

Réponse :
"La question est, à mon sens, plutôt qualitative, l'idée étant que Moïse avait reçu beaucoup plus que la Torah et qu'il serait réducteur de dire  simplement : Il a reçu la Torah. Mais la nuance chronologique que vous évoquez a aussi sa place au sens où le Coran invite à comprendre que la Torah écrite que nous possédons a été mise au point après la mort de Moïse. Plusieurs traditions rabbiniques allaient déjà dans ce sens puisqu'elles posaient la question : "Moïse a-t-il pu écrire : "Et Moïse mourut?" On trouve ce développement, entre autres, chez Maïmonide. En revanche, on voit que Jésus a reçu la Torah et l'Evangile, ce qui n'est pas étonnant au sens où l'essence de l'Evangile est sa personne même : actes et paroles, ce qui n'est pas le cas pour Moïse et la Torah. L'Evangile met en lumière ce qui, de la Torah terrestre est véridique et correspond à la Torah immatérielle. Quant au messager coranique, il a reçu le Livre la Torah, l'Evangile et le furqân (le Coran), qui est la révélation qui permet de lire avec justesse les Ecritures précédentes, en évitant les pièges des erreurs de leurs rédacteurs matériels.

C'est, du moins, ce qu'il me semble.

 G. Gobillot"



Réponse d'Anas Ahmed Lala :


"Oui, j'avais aussi remarqué ce que vous dites.

Dans un de mes articles (http://www.maison-islam.com/articles/?p=475), voici ce que j'ai écrit : Voici donc un autre avis : al-Kalbî a dit : "Dieu ne le leur a pas interdit dans la Loi (révélée à Moïse), mais plus tard, suite à ces manquements" (Tafsîr ul-Qurtubî 4/87-88). Ceci revient à dire que la Loi que les fils d'Israël ont dûment reçue de Dieu n'a pas toute été révélée à Moïse : une partie de la Loi leur ayant été donnée par Dieu a été révélée à des prophètes israélites postérieurs à Moïse. La Loi dûment révélée par Dieu aux fils d'Israël serait donc en fait un amalgame des révélations faites non pas seulement à Moïse mais aussi à d'autres prophètes israélites venues après lui."



samedi 7 octobre 2017

Les conquêtes musulmanes en Inde causèrent la mort de 80 à 400 millions d'individus sur des centaines d'années ?

Le mythe d'un grand génocide pendant les centaines d'années de domination musulmane en Inde

Sans remettre en cause le fait qu'il y a eu des massacres pendant ces longues centaines d'années de règnes des conquérants musulmans, dénonçons le mythe des nombres exorbitants qui circulent sur internet.
C'est vraiment dommage que des gens propagent ces mensonges sans même raisonner un peu.

1) 400 millions de tués en 800 ans

Je voulais mettre un lien vers un blog à charge qui expose les "preuves" de ce massacre mais je ne lui ferai pas de pub.

Selon lui (de sources musulmanes anciennes), la population Indienne était initialement estimée à près de 600 millions d’individus vers l'an 700 et vers le milieu du XVe siècle elle était tombée à 200 millions.
Ridicule n'est-ce pas ? J'en ai presque honte de devoir dire des banalités même si je sais que cette personne et d'autres resteront sur leur position malgré tout.

Pourquoi est-ce un mythe ? :

- Au 8ème siècle s'il y avait 400 millions d'indiens qui furent massacrés à très grande échelle sur 800 ans, cela reviendrait à 500 000 personnes massacrés par an soit 1370 par jour pendant 800 ans. Il faut une endurance surhumaine !!
- Où sont les charniers des 400 millions de tués ?
- Au 8ème siècle il n'y avait que quelques milliers d'arabes qui conquirent l'Inde. 600 millions d'habitants paraît disproportionné vu le nombre d'hommes qu'ils auraient pu mobiliser.

De plus d'après l'Institut national d'études démographiques (Ined), pour ce qui est des chiffres :
- En l'an 500 après JC il n'y avait que 209 millions d'habitants dans le monde dont 33 millions pour l'Inde (Pakistan et Bangladesh compris), et en l'an 1000 il y avait 257 millions d'habitants dans le monde dont 40 millions pour l'Inde (Pakistan et Bangladesh compris). Mais on nous dit que les indiens étaient 600 millions en l'an 700 !
- En l'an 1400 (XVème siecle) il y avait 374 millions d'habitants dans le monde dont 74 millions en Inde mais on nous dit qu'il n'en restait plus que 200 millions en Inde après les 800 ans de massacres !



2) 80 millions de tués en 500 ans

Un peu plus "sérieux" mais toujours très hasardeux voir loufoque et repris par tous les sites extrémistes, une estimation du nombre de personnes tuées sur la base des chroniques musulmanes et des calculs démographiques réalisée par l'historien indien Kishori Saran Lal dans son livre "L'évolution de la population musulmane dans l'Inde médiévale" affirmant qu'entre le XIe siècle et XVIe siècle, la population indienne a diminué de 80 millions. D'où sa conclusion que les musulmans massacrèrent 80 millions de personnes en 500 ans.



Que dit l'estimation de l'INED ?


Cliquez ici pour avoir l'article de l'INED

- En l'an 1000, il y avait 40 millions d'habitants
- En l'an 1300 il y avait 100 millions d'habitants
- En l'an 1400 il y avait 74 millions d'habitants
- En l'an 1500 il y avait 95 millions d'habitants

On remarque une baisse de 26 millions, soit 26% d'habitants en moins entre l'an 1300 et 1400. On est loin des 80 millions de baisse mais durant cette periode la baisse est générale dans le monde avec 55 millions d'habitants en moins. C'est la seule fois que la population dans le monde diminue :

*Chine -15.6%
*Inde (avec Pakistan et Bangladesh) -26%
*Sud ouest asiatique -9.5%
*Europe avec Russie -24.4%
*Dans le monde au total 55 millions en moins, -12.8%

Explication :
En Europe une épidémie que l'on appelle la peste noire a durée 5 ans, de 1347 à 1352, et décima entre 30 et 50% de la population européenne. Cette peste à d'abord sévi en Chine en 1331 en se propageant partout dans le monde dont l'Inde. Par exemple Ibn Battuta en témoigna en 1338.
Si vous ne me croyez pas faites une recherche sur le net (des sources neutres et académiques de préférence).

Conclusion : méfions nous des rumeurs.


mercredi 13 septembre 2017

L'étude de Sodome dans le Coran et la Bible par Geneviève Gobillot

Parce que la critique n'est pas que négative, ci dessous en image un paragraphe que j'ai édité dans l'article Coran de Wikipédia sur Sodome avec des modifications qui ont été apportées par un autre contributeur que je qualifierai de sympa détracteur de l'islam (parce que cette encyclopédie est collaborative) tirée d'une source scientifique en ligne MIDEO. Tout ça pour souligner que le Coran n'omet rien dans les détails même parfois insoupçonnés lorsqu'il raconte l'histoire des prophètes et contrairement à ce qu'affirment nombre de chercheurs, il est tout à fait cohérent (notamment au vue de la rhétorique sémitique). Je le savais pour Moïse dont j'ai longuement étudié son histoire dans le Coran et comparé avec certaines données archéologiques mais je ne le savais pas pour Loth dont Geneviève Gobillot ici même conclura que l'analyse scientifique de ces versets confirment la thème de l'inimitabilité du Coran.

https://mideo.revues.org/318





dimanche 28 mai 2017

Est-ce le Prophète ou ses compagons proches qui adoptèrent le calendrier lunaire ? 

Au temps du prophète Muhammad  (sws) et avant lui, les arabes utilisaient le calendrier luni-solaire ce qui permettait de garder les saisons fixes (utile pour l'agriculture) et le mois de Ramadân au même mois d'années en années (vers septembre/octobre). Il suffisait d'ajouter un mois tous les 3 ans pour avoir un calendrier à peu près fixe.
Pourtant après la mort du prophète, un dirigeant changea de calendrier pour adopter le calendrier lunaire. La tradition dit que c'est Omar Ibn al-Khattab, d'autres sources que c'est le prophète Muhammad (sws). Des études d'auteurs ont montré que ça n'est ni l'un ni l'autre mais ce changement est venu plus tard.

La question est : peut-on determiner la personne qui décida de mener une telle réforme en utilisant des calculs mathématiques simples  ?

Il est possible de trouver précisément la date de la mise en place du calendrier lunaire grâce au décalage qui se fait tous les ans avec le calendrier solaire de 10.89 jours par an.

Calendrier solaire : 2017
Hégire en 622 correspond à l'année 1 de l'hégire.
Calendrier lunaire : 1438

2017 - 622 = 1395 ans depuis l'hégire jusqu'à aujourd'hui en année solaire.

Tous les ans l'année lunaire a 10,89 jours en moins que l'année solaire, donc :
365÷10.89=33,5169880624 : l'écart entre l'année solaire et l'année lunaire est d'un an tous les 33,5 ans, le calendrier lunaire gagne donc 1 an tous les 33.5 ans par rapport au calendrier solaire.

Maintenant comparons :
1) 1395 ÷ 33,5169880624 = 41,6206849316 ans d'écart entre les deux calendriers depuis l'hégire jusqu'à nos jours.


2) 1438 ( lunaire) - 1395 (solaire) = 43 ans d'écart entre les deux calendriers depuis l'hégire jusqu'à nos jours.

On a donc :
43 - 41,6206849316 = 1,3793150684 an de différence entre le calendrier lunaire et le calendrier solaire =>  On sait que le calendrier lunaire gagne 1 an (365 jours) tous les 33.5 ans par rapport au calendrier solaire. Pour que le calendrier lunaire gagne 1,379 an tous les X années  on fait le produit en croix :
1,3793150684 * 33,5169880624 ÷ 1 = 46,2304866819 ans

C'est donc 46 ans après 622 que l'on a adopté le calendrier lunaire, donc en 668. On en conclut que c'est Muʿāwiya Ier (calife de 661 à 680) qui a adopté le calendrier lunaire, donc bien apres la mort du Prophète Muhammad (sws), en 632.

mardi 16 mai 2017

La rhétorique sémitique vient-elle appuyer le dogme de l'inimitabilité du Coran ?

Dans la première image on peut voir une superbe illustration de Michel Cuypers sur la rhétorique sémitique dans la sourate 12. On remarque la parfaite symétrie entre ces différentes parties de l'histoire de Joseph avec pour centre la proclamation de l'unicité Divine.
Tout le Coran est construit suivant la rhétorique sémitique qui est totalement différent de ce que l'on connaît.




Dans la deuxième image, pour ce qui est des 30 dernières sourates 84 à 114, mais aussi 4 et 5 que Cuypers a étudié, il nous explique qu'il a pu vérifier que les sourates forment des paires thématiques par similitude, antithèse ou complémentarité comme l'a constaté récemment Islâhî pour tout le Coran.



Cela prouve que l'ordonnancement des 114 sourates du Coran n'est pas dû au hasard comme l'affirment les tenants de l'école hypercritique qui veulent voir dans la composition interne des sourates un désordre qui prouverait qu'il y aurait plusieurs rédacteurs sur une longue période. Or, il n'en n'est rien et cette découverte vient appuyer le dogme de l'inimitabilité du Coran comme l'affirme la tradition disant que l'ordre des sourates vient de Dieu.
Les autres Corans que certains compagnons possédaient à titre personnels ne respectant pas l'ordre des sourates, et il semblerait qu'une partie des manuscrits de Sana'a en font partie, ne peuvent donc pas être authentiques.

Par ailleurs pour expliquer pourquoi l'on ne trouve nulle trace dans les écrits arabes de rhétorique sémitique, Michel Cuypers suggère la perte de connaissance de ces procédés au IIème siècle de l’Hégire. Probablement en rapport à la mise à l'écrit de l'exégèse coranique.
Comment alors articuler les résultats de la méthode historico-critique (école hypercritique), qui date précisément la composition du Coran du IIème siècle, avec ceux de l’analyse rhétorique ?
Telle est la problématique que soulèvent ces travaux.

On voit que le chercheurs non-musulmans sont dans la perplexité totale devant ce Livre.

lundi 20 mars 2017

Ma réponse à une question d'un anonyme

Je cite une question très pertinente d'un anonyme au sujet de l'article "L'histoire de Moïse et des Hébreux (partie 2)"

"Bonjour,
qu'en est-il du hadith qui parle de ça: L'imam Ahmad a rapporte, d’après Abu Hurayra, que
l'Envoye de Dieu, sur lui la grâce et la paix, a dit : « Le soleil
ne s’arrêta pour aucun homme a l'exception de Josue fils de
NUn lorsqu'il marcha contre Jérusalem (bayt al-maqdis) ». Ce
hadith prouve que c'est bien Josue fils de Nun, et non Moise
qui conquit Jerusalem, et que Ie soleil fut arrêté lors de la
conquête de Jerusalem et non celle de Jericho comme Ie prétendent
les gens du Livre.
n'est-il pas authentique au final?"

Voici le hâdith en question pris ici du livre d'Ibn Kathir, "L'authentique des récits des prophètes" :


Il existe aussi un deuxième hâdith qui parle sans le nommer de Yusha Ibn Nun (Josué) rapporté autant par Ahmad que Bukhari ou Muslim que voici :



Maintenant posons nous cette question : les hadiths authentifiés par des savants musulmans sont-ils tous réellement authentiques ? Non bien évidemment d'autant que ceux qui peuvent être authentifiés par des savants peuvent ne pas l'être par d'autres.
Revenons à nos deux hadiths. Nous pouvons à notre niveau en tant que non specialistes des hâdiths, nous rendre compte qu'ils ne collent pas avec non seulement l'archéologie ou la science mais aussi le Coran.

D'abord il est acquis de manière certaine grace aux récentes prospections archéologiques que l'installation des premiers israélites dans les hautes terres de Palestine en Cisjordanie, au XIIème siècles avant notre ère, fut pacifique contrairement au hâdith mentionné ci-dessus.

Ensuite comment expliquer que le soleil fut stoppé pendant un certain temps dans sa course pour retarder la tombée de la nuit alors que c'est la terre qui aurait dû être stoppée ? Si l'on croit que le prophète est réellement l'envoyé de Dieu cela ne prouve-t-il pas que ce hadith est inventé ?

Enfin le Coran (2; 67-71) nous dit que Moïse ordonna un jour aux Hébreux de sacrifier la meilleure d’entre les vaches qu'ils possédaient : celle qui n’était assujettie ni aux labours, ni à l’arrosage des champs, et qui n’avait aucune infirmité ni tache sur la robe. Ce qui montre que toutes les autres vaches étaient assujetties aux labours ou à l'arrosage des champs. Ils faisaient donc de l'agriculture ce qui implique qu'ils n'erraient pas sur terre. Où placer ces versets dans l'histoire de Moïse si ce n'est après les 40 années d'errance ?
Si vous êtes d'accord avec moi alors force est de constater que c'est Moïse qui installa les Hébreux en Palestine de manière pacifique et non Josué de manière guerrière. 

jeudi 2 mars 2017

L'histoire de Moïse et des Hébreux en version complète

J'avais l'intention d'écrire un livre et de le publier chez une maison d'édition mais j'ai décidé après réflexion de publier sur mon blog l'intégralité de mon travail (68 pages). C'est donc avec une certaine fierté que je partage le fruit de mes recherches mis à jour sur l'histoire de Moïse et des Hébreux à la lumière des données coraniques et archéologiques en pdf.

Bonne lecture !