mercredi 26 janvier 2011

Preuves scientifiques et Coraniques démontrant que Mérenptah (Mineptah) est probablement le pharaon de l’Exode

  "[...] Aujourd’hui, Nous allons épargner ton corps afin que tu serves d’exemple à tes successeurs, bien que la plupart des hommes restent indifférents à Nos signes !" (Sourate 10 ; Verset 91-92).
        

Plusieurs raisons font que Mérenptah (Mineptah) est très probablement le pharaon de l’exode :

A.      La Date de l’Exode des hébreux déduit de l’apparition des premiers israélites et la date de la mort de Mérenptah sont concordant

Pour que ces premiers Israélites soient les hébreux de l’Exode dont le prophète Moïse emmena de l’Egypte vers la Palestine, il faut que quelque temps avant leur sédentarisation règne le pharaon de l’Exode mort en les poursuivants (la mort de Pharaon ne fait pas de doute dans le Coran contrairement à la Bible), cette date doit correspondre à la date de l’Exode des hébreux.
Nous savons par les découvertes archéologiques que les premiers Israélites se sont sédentarisés vers -1200 à Canaan. Par contre, le Coran dit que les hébreux ont avant de s’installer en Palestine errés sur terre pendant 40 ans pour avoir refusés de combattre un « peuple redoutable » en Palestine. En soustrayant les 40 ans d’errance sur terre, nous pouvons situer l’Exode, la fuite d’Egypte vers -1240. Or, les dates relevées à Canaan via la technique du carbone 14 tournent autour de -1200 avec une marge d’erreur de 50 ans selon les experts (p.107), plus l’objet est ancien et plus la marge s’accroît. En prenant en compte les marges d’erreurs, l’installation en Palestine se situe donc entre -1225 et -1175, et l’Exode (la fuite de l’Egypte) 40 ans avant, c'est-à-dire entre -1265 et -1215.
C’est donc entre -1265 et -1215 que serait mort le Pharaon de l’Exode en poursuivant les hébreux, nous dit le Coran.
Parmi les trois pharaons qui moururent à cette fourchette de date on trouve le pharaon Mérenptah qui régna approximativement de -1213 à -1203 (la fin de son règne correspondant à la mort du pharaon) selon J.Malek, I.Shaw, J.von Beckerath.
Cependant les archéologues divergent sur le règne de Mérenptah ; selon eux, Mineptah régna de -1237 à -1226 selon Redford, -1224 à -1214 selon Gardiner et Kinnaer, -1223 à - 1211 selon Parker,-1224 à -1204 selon Hornung, -1213 à -1204 selon Helck et Kithen, -1212 à-1202 selon Grimal et Wente, -1212 à -1201 selon Dodson. La dernière année de règne de Mérenptah correspondant à sa mort selon les archéologues se situerait  donc entre -1226 et -1201.

En superposant la date théorique de l’Exode déduit de l’apparition des premiers israélites en Palestine (entre -1265 et -1215) et les estimations des archéologues de la fin de règne de Mérenptah (entre -1226 et -1201), on arrive à avoir une date plus précise de la mort du pharaon de l’Exode, Mérenptah , qui correspond à la date de l’Exode; la date de l’Exode correspondant à la mort du pharaon de l’Exode se situe donc entre -1226 et -1215.

Nous en concluons que la date de l’installation pacifique en Palestine de Moïse et des hébreux s’effectua 40 ans après la fuite de l’Egypte, c'est-à-dire entre -1186 et -1175. Il est probable qu’ils furent les 1ers des premiers israélites à s’installer en Cisjordanie. Les autres qui s’installèrent dans le nord de la Cisjordanie, les shosou, suivirent Moïse en croyant en son message et ayant le même Dieu. La preuve vient des documents égyptiens sur le «YHW [du] pays des shosou » (voirchapitre I, partie 2- L’origine nomade) et des très nombreux autres points communs (dix) entre eux qui a fait que les archéologues n’ont jamais pu faire la distinction entre les uns et les autres.

  • Relevés au carbone 14 :
Les résultats au carbone 14 de la mort de Mineptah donnent la date de 1210 avec +/-12 ans. Ceci implique qu'il meurt entre -1222 et -1198.

Or, en superposant les dates de la fuite des premiers israélites d'Egypte (entre -1265 et -1215) on a une date plus précise de la mort de Mineptah : entre -1222 et -1215, c'est à dire en -1218 avec +/- 3.5 ans.

L'installation en Palestine se situe après l'errance des 40 ans dans le désert, entre -1182 et -1175. Ce qui donne en -1178 avec +/-3.5 ans.


B.      Les analyses médicales des momies


                                          Mineptah
En 1974, pour déterminer les raisons de la mort des pharaons égyptiens dont Ramsès II et Mérenptah, des recherchent débutèrent sous la direction de Maurice Bucaille avec la collaboration de spécialistes égyptiens puis une dizaine d'autres spécialistes français de diverses disciplines médicales. Le médecin légiste Michel Durignon, assistant à l'époque du professeur F. Ceccaldi était directeur du laboratoire de l'identité judiciaire à Paris. Ce dernier leur donna ses précieux avis sur le sujet. Les résultats furent communiqués à plusieurs centres spécialisés dont l'académie de médecine et à la Société française de médecine légale. Maurice Bucaille présenta les résultats définitifs de ses recherches dans son livre «Les Momies des Pharaons et la médecine »[]. Il reçut pour son travail un prix d’histoire de l’Académie française (prix Diane Poitier-Boès de l’Académie française en 1988, médaille d’argent) et un prix général de l’Académie de médecine (lauréat du prix Jean-François Coste pour des travaux ou des ouvrages d'histoire de la médecine, en 1991). Les techniques modernes d’analyses utilisées sur les pharaons furent jusqu’à nos jours les plus modernes jamais utilisés (p.131-132).
Ainsi, pour Ramsès II furent utilisées des techniques d’explorations radiologiques et endoscopiques, investigations dans le domaine dentaire, recherches microscopiques, médico-légales, etc. L'utilisation de films radiologiques de très haute sensibilité permis de révéler l'existence d'une très grave lésion de la mâchoire, une ostéite étendue du maxillaire inférieure d'origine dentaire selon lui. Maurice Bucaille en conclut que ces lésions ont probablement été mortelles à condition que le roi n’ait pas eu d'autres maladies graves non décelées à cause de l'impossibilité d'examiner les organes du thorax (comme le poumon) qui furent enlevés lors de la momification. Il conclut que Ramsès II ne pouvait être le pharaon de l’Exode puisqu’il mourut dans d'affreuses souffrances qui entraînèrent une incapacité physique totale, ce qui l’empêcha de poursuivre les hébreux (p.132).
Pour Mérenptah, Maurice Bucaille constata avec les spécialistes de médecine légale qu'il fut mort victime de traumatismes multiples de grandes violences. Il reçu des chocs en plusieurs parties du corps : paroi de l'abdomen en arrière, thorax en avant où une zone fut enfoncée, enfoncement de la voûte du crâne qui fut très rapidement mortelle, ainsi  que de nombreuses lésions sur le côté droit du corps. Il souligne que les radiographies ne montrant aucun éclatement à distance autour des lésions suggéraient leur survenue du vivant de ce dernier, alors que des chocs subis après la momification auraient été à l'origine de ruptures de plusieurs tissus voisins. La fracture à fragments multiples de son avant-bras sous l'effet d'un choc violent montrait qu'elle ne pouvait s'être produite de son vivant, mais après la momification. Il souligne que lorsqu’il soumit ses conclusions devant la société française de médecine légale en avril 1976, personne ne fit d’objection. Par ailleurs, en 1975 en collaboration avec le Professeur Michel Durignon fut effectué le prélèvement d'un tissu musculaire, ils constatèrent en l'examinant à Paris la parfaite conservation de très fin détails anatomique du muscle, ce qui démontre selon Maurice Bucaille que Mérenptah fut momifié rapidement après sa mort (p.213-215). Par ailleurs, le momie de Mérenptah comporte une couche excessive de sel, Bucaille concluant que le corps fut imbibé de sel marin avant momification (voir livre de Mohamad Messen, "La Perle et la braise", p.512, livre en ligne sur google Books)


C.      Crise de succession après la mort de Mérenptah


A la mort de Mérenptah, l’héritier légitime du trône était Séthi II, son fils. Le tout récent pharaon fut dépossédé de son royaume par Amenmès à peine quelque mois après son avènement. L’« usurpateur » possédait le contrôle de la Haute-Egypte et de la Nubie, reléguant l’influence de Séthi II à la capitale dynastique Pi-Ramsès et à une partie de la Basse-Égypte. Amenmès se fit couronner à Karnak et contrôla la majorité du pays.

La mort de Mérenptah ouvra donc une grave crise de succession. Le pays fut coupé en deux, gouverné par deux pharaons qui se faisaient une  guerre sans merci. Ce qui est certain c’est qu’une grande confusion régna pendant à peu prés quatre ans pendant lesquels régna Amenmes, ouvrant la voie à l’anarchie. Il fut considéré par la suite comme un usurpateur. Ces faits s’expliquent  par la mort soudaine et violente de Mineptah, attestée par les analyses médicales de Maurice Bucaille, qui n’a probablement pas eu le temps de  préparer sa succession. Dans ces conditions, la mort de Mineptah dans les eaux en poursuivant les hébreux,  comme indiqué dans le Coran, expliquerait la crise de succession que connut l’Egypte. 
La sourate 44, verset 28 nous indique que le Pharaon de l'exode ne pouvait être Ramsès II  puisque après la mort de Ramsès II le pouvoir revint à Mineptah, son fils. Par contre lorsque Mérenptah mourut c'est un autre, qui normalement ne pouvait y prétendre, qui pris le pouvoir ou du moins le disputa pendant 4 ans avant qu'il ne revienne à la famille légitime : 

 (S.44. v.23) « Pars de nuit, avec mes serviteurs, lui fut-il révélé, mais vous serez poursuivis !
(S.44. v.24) Laisse la mer béante telle que tu l’auras franchie. Tes poursuivants y seront engloutis. »
(S.44. v.25) Combien de jardins et de sources n’ont-ils pas laissés !
(S.44. v.26) Que de belles plantations et de magnifiques demeures !
(S.44. v.27) Que de bien-être dont ils savouraient les délices sans soucis !
 (S.44. v.28) Tel fut leur destin. Tout cela passa entre les mains d’un autre peuple.

 Il est probable qu'Amenmès contrôlait une armée d'un autre peuple, mais l'archéologie ne peut le confirmer.
D.     Les cinq concordances  principales de la thèse de Bucaille entre la Bible et l’histoire


Bucaille, en étudiant la Bible et l'histoire arrive à la conclusion que Mérenptah est probablement le pharaon de l'Exode. Il extrait dans son livre "Moïse et Pharaon" cinq concordances principales entre la Bible et les faits historiques résumés dans un tableau à la p.217 de son livre.

20 commentaires:

Anonyme a dit…

Tous ces signes et d'autres apparaitront encore pour apporter la preuve que le coran a été descendu par Allah , par l'intermédiaire de l'ange Gabriel sur le prophète Mohammed que la Paix et les salutations d'Allah soient sur Lui,sa famille et ses compagnons.

Anonyme a dit…

Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.
Actes 4:12

Ce nom est Jésus de Nazareth

Anonyme a dit…

ce n'est pas celui de l'exode car moise est né chez pharaon à grandi puis c'est retourné contre lui, le règne de celui-ci doit avoir été long, je dirait plus RamsesII

abdAllah Hussein a dit…

C'est vrai que le Coran ne précise pas que le pharaon est mort pendant l'exode de Moïse, par contre la Bible si ! Le génie de Bucaille est d'avoir superposé le Coran, la Bible et la science moderne pour déterminer qui est le pharaon de l'exode.

Anonyme a dit…

Donc Ramses II , serait le pharaon qui a élevé Moïse dans sa maison . A la mort de Ramses II , Mineptah monte sur le trône et Moïse revient en Egypte pour sortir les enfants d'Israël de leur esclavage . Merci Monsieur Bucaille que Dieu vous accorde sa paix et sa miséricorde pour votre travail là ou vous êtes .

abdAllah Hussein a dit…

Je viens de mettre à jour l'article car d'une part des relevés au carbone 14 ont permis d'avoir une date plus précise sur la mort de Mineptah, et d'autre part les affirmations de Bucaille à propos de Hâmân sont obsolètes de nos jours.

Anonyme a dit…

L'archéologie réfute toute cette belle construction.
70 ans d'archéologie scientifique en Egypte et au Moyen Orient ont apporté une faisceau de preuves montrant qu'il n'y a pas eu d'Exode. Tout le récit bien connu de Moïse guidant les hébreux hors d'Egypte est mythologique et non historique.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9es_arch%C3%A9ologiques_sur_l%27Exode_et_Mo%C3%AFse

abdAllah Hussein a dit…

Bonjour et merci pour votre commentaire. Je suis très au courant des avancées archéologiques, c'est pourquoi je vous invite à lire cet article :
http://la-verite-sur-l-islam.blogspot.fr/2010/11/preuves-archeologiques-et-coraniques-de.html?m=0

Anonyme a dit…

Bonjour, visiblement vous n'êtes pas du tout au courant des avancées archéologiques contemporaines. Le seul archéologue auquel vous faîtes référence (William G. Dever)a tenté de combattre les thèses minimalistes (celles qui réfutent l'historicité de l'exode)avant de s'y ranger du fait de l'accumulation de preuves. Il a reconnu clairement s'être trompé et ne soutient plus les thèses sur lesquelles vous vous appuyez. https://fr.wikipedia.org/wiki/William_G._Dever

Ne vous en déplaise, le Coran, lorsqu'il considère l'exode comme un fait historique, se trompe. Il est scientifiquement contredit par l'archéologie moderne. La thèse minimaliste n'est pas un complot de quelques historiens athées mais la thèse mondialement admise par les chercheurs. Renseignez-vous si vous cherchez sincèrement la vérité...

abdAllah Hussein a dit…

Désolé de vous le dire mais renseignez-vous ; c'est bien la Bible qui a été contredite par les recherches archéologiques, pas le Coran. Je m'explique : la Bible dit que les hébreux furent en nombre très élevé, c.-à-d. quelques millions à fuir l'Égypte, or l'archéologie a prouvée que ce nombre est un mythe. Le Coran ne précise nul part le nombre d'hébreux mais des indications laissent penser qu'ils furent peu nombreux comme la déclaration du pharaon dans le Coran qui dit "ils ne sont en fait qu'une bande peu nombreuse". C'est dans le lien que je vous ai envoyé hier. Donc l'archéologie ne contredit pas le Coran sur ce sujet.

La conquête armée de Canaan telle que relatée dans la Bible a été formellement contredite par l'archéologie. On sait maintenant que les premiers israélites se sont installés pacifiquement dans les hautes terres de Cisjordanie. Or nul part le Coran il n'est dit que les hébreux allaient conquérir la terre promise par les armes. Le lien que je vous ai envoyé concorde (j'insiste sur ce mot car il ne s'agit pas de preuves en vérité mais de concordances) avec les données archéologiques

abdAllah Hussein a dit…

Par ailleurs, je me suis vraiment intéressé à l'histoire de moise et des hébreux depuis 2010 et fait de nombreuses recherches. Les articles de Wikipédia que vous me donnez en liens, je les connais très bien et je les ai lu plusieurs fois. Sans compter qu'en plus j'y suis inscrit.
J'ai voulu au début écrire un livre sur l'histoire de Moise mais une fois le travail achevé je n'avais qu'une quinzaine de pages en format A4, ce qui est trop court. J'ai donc introduit mes recherches dans ce blog et divisé en plusieurs articles ou thèmes. Depuis j'y ai rajouté d'autres articles issus de mes recherches.

Unknown a dit…

Salut , Il n'y a de dieux que dieux et nul autre.. lui seul et le crėateur de toute créatures et le créateur de toutes choses ALLAH est le très grand miséricordieux ... Prenez conscience de sa car au jour du jugement dernier ont sera seul a rėpondre de nos actes est NULLE NE POURRA VENIR A NOTRE SECOUR qui que vous soyez été dans ce bas monde SOBHANALLAH

Azdan a dit…

Salam à la man itabaa le houda , le pharaon mérenptah ne peut être le pharaon de Moïse , pour trois raisons :
1.la stèle de mrenptah mentionne que les enfants d'Israël sont déjà installés à Canaan.
2.l'avènement de merenptah mentionne cette inscription :"Réjouis-toi, terre entière !
Le bon temps est advenu.
Le seigneur est apparu dans tous les pays,
Maât est revenu à sa place.

Tous les justes, venez et voyez ! Maât a vaincu Isfèt, les méchants sont tombés sur leur visage, les gens avides sont tous méprisés.

L’eau monte et ne se tarira pas. La crue s’élève, les jours sont plus longs, les nuits portent les heures, la lune vient en son temps.

Les dieux sont apaisés et satisfaits ; on vit dans le rire et dans l’émerveillement."

3. La bible mentionne que Moïse a vécu avec deux pharaons ,les scénarios des deux films sur l'histoire de Moïse (dix commandements et Exodus) , le premier situe le récit entre ramassés 2 et mrenptah ,le deuxième entre Séthi 1er et ramassés 2 , pourtant les deux ne tiennent pas la route ,puisque la chronologie biblique divise l'histoire comme suit :
-naissance et vie de Moïse en Égypte 40 ans
-l'exil à Madian 40 ans
-retour et l'exode 40 ans

D'autres part l'égyptologie dit :
- Séthi 1er a régnait 15 ans
- ramassés 2 a régnait 67 ans
- mrenptah a régnait 10 ans

Trouvez l'erreur !!facile !

Dans l'étude de l'autopsie des momies ,celle de ramassés 2 contenait du tabac et de la cocaïne dans le thorax affirmé par l'égyptologue Christian noble court , alors!?où est l'honnêteté intellectuelle de Maurice Bucaille puisqu'il était lui aussi au courant.
Pour les grains de sel ,il y avait aussi dans les cheveux de ramassés 2 .
Le coran parle d'un seul et unique pharaon , et que Moïse a passé 10 ans à madian .

Antoine a dit…

Bonjour, après avoir lu le livre moise et pharaon, puis fait quelques recherches rapide, j'ai pensé aussi à cette possibilité.

Les croyants juifs, chrétiens et musulmans se sont longtemps tournés vers cette option, qui a semblé naturelle. Elle a été démontrée fausse.

La plupart des egyptologues, en particuliers tous les français ne comprennent rien (ou ne veulent rien comprendre) à cette histoire. Ils sont encore à pratiquer les cultes des egyptiens, e t visiblement sont complétement enfumés par ceux là.

Après 10 années de recherches sur le sujet, j'ai à peu près trouvé le fil de l'histoire, qui correspond aux donnés bibliqes, coraniques, à l'archéologiques et historiques (l'archéologie n'étant qu'une partie de l'histoire).

L'histoire de Joseph et l'arrivée des "asiatiques", c'est à dire de populations d'éleveurs semites, Egypte à lieu vers -1770. De nombreux documents egyptiens montrent leur arrivée et leur présence à partir de cette époque. La principale ville où ils resident est la capitale, Avaris, ou leur présence est bien attestée archéologiquement. Ces asiatiques tendront par la suite à dominer la partie nord de l'egypte, sous le regne des "pharaons hyksos", dont l'un porte le nom de Jacob Har, le fils de Jacob.

Il y a de nombreuses traces de ce peuple, de son nombre importante et de sa présence en Egypte.

Ils seront virés de l'Egypte par le pharaon Ahmose vers -1550, qui rétablira le règne des egytpiens sur le pays. La stele de la tempete, et le papyrus d'ipupwer temoignent d'événements semblables à ceux évoqués dans les textes monotheistes.

Peu après une série de destruction toujours inexpliquées à lieu en palestine, qui marque le passage du bronze moyen au bronze récent (middle bronze collapse) notemment les villes de Hazor et Jericho, qui provoque un changement majeur dans les villes canaanéennes, qui continuent d'exister, mais sans murailles.

A partir de ce moment, un peuple apparait en Palestine, les shasous adorateur de Yhwh. Leur présence est attestée par les documents de l'époque.

Vers -1250, une stèle egyptienne témoigne qu'un peuple appelé Israel existe déjà à cette époque sur les hautes terres. Ce peuple deviendra le "royaume de David", et Salomon y construira un temple. Tout cela est attesté par l'archéologie.

Une fois que l'on a placer ce cadre, absolument tous les évenements trouvent facilement leur place, et l'archéologie dont on a fait grand bruit ne contredis plus rien, au contraire elle vient renforcer notre comprehension de l'histoire des ibn israel (et d'ailleurs corriger au passage les élucubrations de certains exégetes.)

abdAllah Hussein a dit…

Bonjour Antoine, le problème de votre histoire réside je penses dans la stèle de Merenptah où il est désigné que les Hébreux sont un peuple sans territoire comme les nomades. Et si on réfléchi bien cela montre que c'est sois pendant les 40 ans d'errance des Hébreux et donc le Pharaon de l'Exode est RAMES II, sois Merenptah se vante d'avoir toujours les Hébreux originaires de cette région prisonniers dans son pays l'Égypte (eslavage), et là ce serait Merenptah le Pharaon de l'Exode.

daoud a dit…

Pour mon premier post sur ce forum, j'aimerai présenter le résultat de mes recherches sur l'histoire des fils d'Israel. J'avais commencé ces recherches suite à la lecture du livre de Muarice Bucaille Moïse et Phraraon, mais j'ai depuis évolué bien loin de ce début.

Le but de ces recherches fût au début de m'opposer au courant des orientalistes, qui veulent toujours combattre l'Islam et le monothéisme en général. Il y a eu un courant minimaliste, qui cherchait à faire croire que Moïse n'a pas exister. voci ma demonstration que l'histoire des fils d'Israel, telle que décrite dans le Coran et la Bible, est possible, et trouve des traces en archéologies.

Il y a eu une vague minimaliste très fortedepuis disons les années 80, qui a remis en cause toute l'histoire "biblique". Celle-ci avait effectivement besoin d'être un peu bousculée et renouvellée. On ne doute pas qu'elle a tant d'importance à la fois religieuses et politiques que les débats sont alimentés par des points de vue avec a priori.

Cependant la vague minimaliste, dont l'idée était d'établir ce que dit positivement l'archéologie, et l'archéologie seule, est allée un peu trop loin, par exemple jusqu'à nier l'existence de David et Salomon par exemple. Or l'existence de ceux-ci a fini par être prouvée positivement, ce qui a établit plusieurs points :

1. l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence. Comme ce fût le cas pour David. Comme c'est aussi le cas pour de nombreux autres aspects (la presence de populations nomade n'est pas facilement attestable archéologiquement, l'absence de restes écrits ne prouve pas l'absence de l'écriture, ...)

2. ne se reposer que sur l'archéologie est un probleme de methode. l'histoire se fait aussi par les textes et par l'étude de la chronologie. Avoir eu une tradition proche orientale qui attribuait l'origine temple à Salomon était déjà un indice fort de son existence, et aurait pu suffire à ne pas faire l'erreur commise.

3. il y a eu une confusion entre une demarche scientifique et des personnes qui en ont déformé la signification lors de la vulgarisation. La demarche scientifique est d'établir et organiser les données positives dans un domaine précis, l'archéologie. Et d'en faire sortir de façon indépendante ce qu'en dit l'archéologie : une histoire base uniquement sur les restes des villes, des inscriptions trouvées et des dates au C14. Ce qui a été déformé, c'est la vulgarisation de cette demarche, y compris par des archéologues de métier, qui visait à utiliser la demarche rationnelle mais partielle minimaliste pour nier la possibilité de tout ce qui n'avait pas été établie positivement, puis à pouvoir utiliser le vide ainsi créé pour ré écrire librement des theories plus ou moins convaincantes, mais dont l'unique point commun était la remise en cause de l'exode et de tout ce qui pouvait l'être de l'histoire monothéiste.

Or je pretends que si l'on garde cette demarche minimaliste, l'archéologie pointe d'elle même vers la même histoire que celle qui était écrite par les historiens antique, à savoir que l'histoire de l'expulsion des hébreux écrite dans la bible, correspond à l'expulsion des Hyksos écrite par les égyptiens.

daoud a dit…

S'il y a des discussions internes à ce sujet, l'ossature est reconnue et explique l'émergence du (petit) royaume de David au Xe siècle par l'archéologie. On remonte jusqu'au XIIe siècle, l'établissement d'une population israélite aux côtés de son ennemi local les philistins, on les distingues aisément car les israélites ne consomment pas de porc. Cette population sous ce nom d'Israel, est déjà reconnue comme un peuple nomade présent dans la région au XIIIe siècle par les égyptiens.

Voilà donc établie archéologiquement dans le consensus jusqu'à -1240 l'histoire des fils d'Israël. Ce qui nous fait remonté l'histoire biblique jusqu'à la seconde moitiée du livre des juges. Rien que sur le consensus archéologique, on est déjà très loins des éxagerations maximales qui vont jusqu'à dire que la bible ne serait qu'un livre du second siècle avant JC qui raconterait des "legendes des anciens", assatir al awalin.


Examinons l'histoire d'avant cette période. D'où viennent ces populations ? Tout le monde s'accorde pour voir dans les bédouins shasous l'origine possible/probable des israélites. Ce sont des populations nomades, établies en trans et cisjordanie depuis le XVe siècle, dont le nombre est consequent comme le montre le nombre des prisonniers faits dans la région. De façon intéressante, on a au XIVe siècle des appelations comme shasous de Yahu ou shasous de Seir. On a donc une première mention reconnue de YHWH au XIVe sicèle dansle stextes égyptiens.

Il y a eu beaucoup de bruits sur le terme apirou, qui a été vu a son apparition comme l'origine du terme hébreu. Ce sont des bandes organisées qui terrorisaient la population canaanéenne au XIVe siècle. Or il a été démontré que c'est un terme sémitique, commun à tout le moyen orient, qui désigne des bandes, plus ou moins nomades, en tout cas non civilisées. L'équation hébreu = sémitique a été remise en cause. Cependant, l'apelation hébreu dans la bible, dont l'origine est discutée, est une appellation pejorative, jamais utilisée par les israélites eux memes, mais par les peuples qui s'adressent à eux. Les israélites étaient ils considérés comme des apirous par les peuples "civilisés" égyptiens et leur vassaux ? Peux-t-on donc voir dans une partie des apirous des lettres d'el amarna des israélites en conflits avec leurs adversaire canaanéens ? La question est loin d'être close.

daoud a dit…

Surtout que l'archéologie montre le Bronze recent (-1400 -1200) canaanéen comme une période certes riche et cultivée, mais en conflit pérmanent et avec des destructions fréquentes. Peux-t-on en attribuer une partie aux israélites ? En tout cas, non pas pour faire du concordisme comme dirait Isriss, mais si on remonte l'histoire biblique où elle s'était arrêtée, on voit que lit individuellement l'histoire de la première partie du livre des juges et celle de la Palestine au bronze recent s'expliquent réciproquement. Notamment sur la partie du paganisme et des idoles canaanéennes, qui penetrent la société israélienne.

Voilà donc qui est plus ou moins reconnu, plus ou moins discuté, plus ou moins ignore. Nous voilà au XVe siècle, juste avant le livre des juges, dans un synchronisme qui continue plutôt simplement entrée l'histoire et l'archéologie. Nous avons encore quelques noms qui correspondent, comme Jabin de Hazor. Toujours pas de quoi remettre en cause l'histoire biblique, en tout cas pas de quoi prouver qu'elle est impossible. Voyons pour la suite.


Que se passe-t-il au XVe siècle dans l'archéologie canaanéenne ? Un changement majeur dans la société canaanéenne, présenté comme un éffondrement systémique. Les villes à haute murailles (Jericho, Hazor, ...) sont détruites et laissent place à des villes bien plus petites, sans fortifications. La culture canaanéenne change à ce moment. Intéressant, ce point à toujours été expliqué par les guerres égyptiennes contre les Hyksos suivant leur expulsion. Or tout montre que les égyptiens ne sont pas entrer en Canaan dans cette guerre. Officiellement "il n'y a pas d'explication" pour ces destructions.

Si l'on remonte l'histoire biblique, et ses chronologies qui sont beaucoup débattues, vers 1450 se trouve la conquête de canan. On notera que trois villes sont détruite sà ce moment là, Jericho, Hazor et Ai. Les villes canaanéennes à haute muraille de Jericho et Hazor sont bien détruites à ce moment. Ai n'existe pas à cette époque. Cependant un site prochede celle-ci est détruit à ce moment.

abdAllah Hussein a dit…

Merci, daoud pour vos commentaires très intéressants.

Anonyme a dit…

je suis désolé je vais vous dire la vérité et cela ne vas pas vous plaire.
abraham est akhenaton, d'ailleurs la bible l'appelle abram et dieu lui dit tu t'appelera abRAham, pareil pour sa femme saraï dieu lui dit tu t'appeleras saRA

les pretes d'akhenaton s'appellaient les Yahouds, il y avait 12 provinces en egypte qui sont devenus les douzes tribus

Akhenaton a un enfant de sa servante car sa femme ne pouvait pas avoir d'enfant
puis 13 ans plus tard elle lui donne un enfant COMME ABRAHAM

la guerre civile a jeter hors d'egypte les monotheises. ils sont allés a canaan accompagné par la général Moses, qui est rappeler en égypte 40 ans plus tard. Il devient le pharaon RA Moses 1er Ramses

le pays sappelle isRAel
le 1er templs se salomon n'a jamais existé il est d'apres ces plans une copie du templs d'akhenaton

la stele de Meremptha parles des exiles qui sont a canaan, cest une grossiere rature qui fait semblant de parler d'israel.

le successeurs de moise josué a arreté le soleil
le successeurs de ramses 1er a arreter le culte du soleil

Freud a écrit un livre a ce sujet, il y a deja 100 ans
l'existance d'akhenaton a été cachée pendant plus de 3000 ans ...
aujourdhui on connait son histoire rendez hommage aux vraix prophetes

tres habilement la bible ne dit pas le nom du pharaon.... cest bien domage et facile a comprendre : tout est faux.

il n y a aucune trace historique de la bible. tout est faux
et malheureusement les 149 versets du coran qui nous raconte la dispute de pharaon et de moises sont faux car tout cela n'a jamais existé.
posez vous la questions ou tapez sur google qui ont les judeo nazareens
et vous comprendrez qui a ecrit le coran et pourquoi toute l'histoire du peuple juif a été intégrée au coran