lundi 16 octobre 2017

La Torah a-t-elle été transmise par Moïse dans le Coran  ?

On sait que pour le judaïsme et le christianisme Moïse a écrit la Torah.
Cette certitude ne fut remise en question qu'assez récemment suite aux différentes incohérences que comportent les 5 Livres de la Torah autant internes qu'externes. La critique interne par exemple réside dans la difficulté d'expliquer comment Moïse a pu écrire "Et Moïse mourut". La critique externe fait remonter la rédaction de la Torah de l'an 700 à l'an 300 avant JC. Donc bien après l'apparition de Moïse.



Que dit le Coran ?



Le mot Torah a 18 occurrences dans le Coran, et comme indiqué à la sourate 3 verset 3, c'est Dieu qui l'a fit descendre.
Toutefois comme l'ont remarqué quelques lecteurs pointilleux et perspicaces (merci Fays Badre), Moïse n'est jamais associé directement à la Torah. En effet, le Coran associe le Livre (الكتاب ), les Tables (الالواح), et les feuillets  (الصحف ) à Moïse mais jamais de lien direct avec la Torah.
Pourquoi ?

On pourrait se dire que le Livre (الكتاب) se réfère à la Torah comme beaucoup peuvent le penser, et, effectivement en regardant certaines explications exégètiques et académiques on remarque que certains d'entre eux font l'amalgame entre le "Livre" de Moïse et la Torah cités tous les deux dans le Coran. Nous en avons un exemple avec "Le Coran, nouvelles approches" où Michel Cuypers fait l'amalgame dans un article.
Le problème est qu'aucun argument n'est avancé de leurs parts alors qu'à contrario le "Livre" dans le Coran est mentionné à peu près avec tous les prophètes.
Pour ceux qui ne sont pas convaincu par cette allégation qui reste sans fondement, il n'y a pas d'autre choix que de creuser, et pour ce faire, quoi de mieux que de demander aux spécialistes eux mêmes ?
Deux islamologues, et pas des moindres, Michel Cuypers et Geneviève Gobillot sont contactés ainsi qu'Anas Ahmed Lala (un cheikh qui entre autres administre et publie sur le site maison-islam.com).
Ils ont tous eu l'amabilité de répondre aux questions.


Qu'en ressort-il de ces échanges ?

D'abord, Michel Cuypers a reconnu ne pas avoir étudié sérieusement la question mais qu'il s'était appuyé sur le fait que la tradition biblique considère Moïse comme l'auteur de la Torah.
Ensuite, on peut affirmer que le "Livre" de Moïse cité dans le Coran est un Livre auprès de Dieu que seuls les prophètes ont eu accès et est descendu par degrés aux hommes au fil du temps. La Torah, l'Evangile révélé à Jésus et le Coran font partie de ce Livre céleste. Moïse a reçu pour les Banû Israïl les Tables (que lon retrouve dans la Torah actuelle) et les feuillets (Textes apocryphes pour les juifs et chrétiens). C'est tout ce que nous révèle le Coran. En effet le "Livre" qui est associé à de nombreux prophètes est cité de très nombreuses fois dans le Coran. Et là tout devient plus clair,  comme par exemple les deux versets ci-dessous :


 بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ الٓر ۚ تِلْكَ ءَايَٰتُ ٱلْكِتَٰبِ وَقُرْءَانٍ مُّبِينٍ

15-Al-Hijr : 1
Traduction :
1. Alif, Lām, Rā. Voici les versets du Livre et d’un Coran qui éclaire (explicite).


 بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ طسٓ ۚ تِلْكَ ءَايَٰتُ ٱلْقُرْءَانِ وَكِتَابٍ مُّبِينٍ

27-An-Naml : 1
Traduction :
1. Ṭ’ā, Sīn. Voici les versets du Coran et un Livre explicite

Certains exégètes nous ont expliqué ici que le "Livre" est le Coran, ce qui est étrange vu que le Coran est associé au Livre dans ces deux versets.


Toutefois, il convient d'apporter quelques nuances étant donné que l'arabe est une langue polysémique. Bien que le mot Livre (الكتاب) dans le Coran est abstrait, il ne désigne pas forcément le Livre originel où l'Archétype (أم الكتاب)  (13;49 et 43; 4). Prenons exemple avec la sourate 46 verset 12 ci-dessous où il y est fait le parallèle entre le "Livre de Moïse" et le "Livre confirmateur, en langue arabe" (Coran). Il est évident dans ce passage que les deux Livres cités visent uniquement ce qui a été transmis de Moïse aux Hébreux d'une part et le Coran transmis du prophète Muhammad aux Musulmans d'autre part. De plus, le Livre en arabe (Coran) ne peut être matérialisé en support puisque du vivant du Prophète la révélation n'était pas encore terminée.
Par ailleurs, on peut voir dans les deux versets ci-dessous un bel exemple de la justesse de précision du Coran ; Moïse a reçu le "Livre" (pas de mention de la Torah) alors qu'à l'autre verset la Torah est mentionnée sans Moïse mais avec des prophètes.


 وَمِن قَبْلِهِۦ كِتَٰبُ مُوسَىٰٓ إِمَامًا وَرَحْمَةً ۚ وَهَٰذَا كِتَٰبٌ مُّصَدِّقٌ لِّسَانًا عَرَبِيًّا لِّيُنذِرَ ٱلَّذِينَ ظَلَمُوا۟ وَبُشْرَىٰ لِلْمُحْسِنِينَ

46-Al-Ahqaf : 12

Traduction :
"Et avant lui, il y avait le Livre de Moïse, comme guide et comme miséricorde. Et ceci est [un Livre] confirmateur, en langue arabe, pour avertir ceux qui font du tort et pour faire la bonne annonce aux bienfaisants"

 إِنَّآ أَنزَلْنَا ٱلتَّوْرَىٰةَ فِيهَا هُدًى وَنُورٌ ۚ يَحْكُمُ بِهَا ٱلنَّبِيُّونَ ٱلَّذِينَ أَسْلَمُوا۟ لِلَّذِينَ هَادُوا۟ وَٱلرَّبَّٰنِيُّونَ وَٱلْأَحْبَارُ بِمَا ٱسْتُحْفِظُوا۟ مِن كِتَٰبِ ٱللَّهِ وَكَانُوا۟ عَلَيْهِ شُهَدَآءَ ۚ فَلَا تَخْشَوُا۟ ٱلنَّاسَ وَٱخْشَوْنِ وَلَا تَشْتَرُوا۟ بِـَٔايَٰتِى ثَمَنًا قَلِيلًا ۚ وَمَن لَّمْ يَحْكُم بِمَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ فَأُو۟لَٰٓئِكَ هُمُ ٱلْكَٰفِرُونَ

5-Al-Ma'ida : 44

Traduction :
"Nous avons fait descendre la Torah dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d’Allah, et ils en sont les témoins. Ne craignez donc pas les gens, mais craignez Moi. Et ne vendez pas Mes enseignements à vil prix. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants."





Les réponses de Geneviève Gobillot :

"Bonjour Monsieur



Vous avez raison pour ce qui concerne Moïse et la Torah. Voici ce que j'ai trouvé personnellement à ce sujet :

Contrairement à ce qu’en dit la tradition rabbinique, Moïse n’est pas présenté comme le rédacteur de la Torah par le Coran, qui spécifie qu’en plus de « l’expression légiférante du Seigneur » (kalâm= la Loi), qui s’y trouve consignée, Dieu lui a donné, comme à Joseph, « une autorité (hukman) et d’une science (‘ilman) » (C 28, 14). Enfin, il a reçu le Livre divin (al-kitâb, équivalent ici d’une Torah orale dont la Torah écrite n’est qu’une transcription partielle et imparfaite, qui fait l'objet de certaines rectifications par le Coran), qui a été, pour les hommes, porteur de visions clairvoyantes (basâ’ir) ainsi que de bonne direction (hudan) et de Miséricorde (rahma) (C 28, 43). Enfin, il a été doté de la Sagesse, dans la mesure où tous ceux qui ont reçu le Livre ont reçu la Sagesse, puisque les versets du Livre sont eux-mêmes pleins de sagesse (C 31, 2).

L'idée est que Moïse a reçu le Livre au sens de l'intégralité des sens du Livre complet de Dieu. Or, ce Livre contient tous les textes révélés, dont la Torah divine, mais les circonstances, qui correspondent en réalité au plan de Dieu, ont fait que seule la Torah écrite en a été transmise. Il en ressort que Moïse avait reçu, en son temps, la même révélation (du point de vue du sens profond) que Jésus et que le Messager coranique, mais les hommes n'étaient pas prêts à la recevoir en totalité.
...
Pour la question des suhuf (ceux attribués à Abraham et ceux attribués à Moïse), selon le Coran, ces apocryphes font aussi partie du grand Livre de Dieu qui contient toutes les significations sacrées, mais leur forme écrite historique a été sujette à des imperfections, ce qui explique que le Coran en propose aussi de nombreuses rectifications. Donc les suhuf de Moîse ne sont pas la Torah, mais un autre ensemble de significations révélées dont le sens est en accord avec la Torah authentique divine. Ils complètent certains de ses enseignements."


Question :
Peut-on dire qu'associer Moïse à la Torah (le nom) est anachronique selon le point de vu coranique ?

Réponse :
"La question est, à mon sens, plutôt qualitative, l'idée étant que Moïse avait reçu beaucoup plus que la Torah et qu'il serait réducteur de dire  simplement : Il a reçu la Torah. Mais la nuance chronologique que vous évoquez a aussi sa place au sens où le Coran invite à comprendre que la Torah écrite que nous possédons a été mise au point après la mort de Moïse. Plusieurs traditions rabbiniques allaient déjà dans ce sens puisqu'elles posaient la question : "Moïse a-t-il pu écrire : "Et Moïse mourut?" On trouve ce développement, entre autres, chez Maïmonide. En revanche, on voit que Jésus a reçu la Torah et l'Evangile, ce qui n'est pas étonnant au sens où l'essence de l'Evangile est sa personne même : actes et paroles, ce qui n'est pas le cas pour Moïse et la Torah. L'Evangile met en lumière ce qui, de la Torah terrestre est véridique et correspond à la Torah immatérielle. Quant au messager coranique, il a reçu le Livre la Torah, l'Evangile et le furqân (le Coran), qui est la révélation qui permet de lire avec justesse les Ecritures précédentes, en évitant les pièges des erreurs de leurs rédacteurs matériels.

C'est, du moins, ce qu'il me semble.

 G. Gobillot"


Réponse de Michel Cuypers :

"Concernant la relation entre Moïse et la Torah, je n'ai pas le livre sous les yeux (je vous écris du Caire, et il est dans mon autre résidence, près de Louxor!), mais j'avoue ne pas avoir étudié cette question d'aussi près que vous ou G. Gobillot. Je pense avoir dit cela simplement du fait que Moïse est considéré dans la tradition biblique comme l'auteur de la Torah, ou du moins comme celui par lequel Dieu a communiqué sa Torah. Il me semble difficile de penser que le Coran ne reprenne pas la même idée. Jusqu'à preuve du contraire...

Bien à vous.

Michel Cuypers"



Réponse d'Anas Ahmed Lala :


"Oui, j'avais aussi remarqué ce que vous dites.

Dans un de mes articles (http://www.maison-islam.com/articles/?p=475), voici ce que j'ai écrit : Voici donc un autre avis : al-Kalbî a dit : "Dieu ne le leur a pas interdit dans la Loi (révélée à Moïse), mais plus tard, suite à ces manquements" (Tafsîr ul-Qurtubî 4/87-88). Ceci revient à dire que la Loi que les fils d'Israël ont dûment reçue de Dieu n'a pas toute été révélée à Moïse : une partie de la Loi leur ayant été donnée par Dieu a été révélée à des prophètes israélites postérieurs à Moïse. La Loi dûment révélée par Dieu aux fils d'Israël serait donc en fait un amalgame des révélations faites non pas seulement à Moïse mais aussi à d'autres prophètes israélites venues après lui."



Aucun commentaire: